Anorexie : les dents sont touchées elles aussi !

0

Des conséquences sur la santé dentaire bien réelles, mais encore mal prises en charge

L’anorexie est un trouble du comportement alimentaire qui touche environ 2% des femmes en France et 15% des jeunes filles soit 70 000 adolescentes. Les hommes sont cinq à dix fois moins touchés.  Mieux connue du grand public et mieux pris en charge sur le plan psychiatrique, ses conséquences sur la santé bucco-dentaire restent néanmoins largement ignorées.

Quels dangers guettent les malades atteints d’anorexie ?

Les anorexiques sont des sujets particulièrement touchés par les problèmes dentaires : déminéralisation des dents, fragilisation de l’émail dentaire, augmentation du risque de caries, problèmes parodontaux, déchaussement des dents etc.

Carences alimentaires, mauvaise alimentation et vomissements sont à la source de la plupart des problèmes touchant les anorexiques.

L’insuffisance alimentaire peut être à l’origine de carences. Un apport insuffisant en calcium peut, par exemple, entraîner une déminéralisation des dents et faciliter les attaques acides des bactéries et donc les caries. Poussée à l’extrême, une carence en vitamine C peut être à l’origine d’un scorbut. On a ainsi vu ressurgir des cas de cette maladie alors qu’elle avait disparu depuis longtemps de nos pays occidentaux. Elle provoque entre autres des troubles de l’ossification (et donc de la dentition) et une altération des gencives.

L’émail dentaire est attaqué par des produits acides parce que ces jeunes patientes consomment beaucoup de jus de citron, de pamplemousse, de Coca-Cola light.

Par ailleurs, les vomissements fréquents que subissent les anorexiques ou que se font subir les boulimiques, laissent une acidité dans la bouche qui là encore provoque la déminéralisation des dents, facilitent les attaques bactériennes et favorisent l’apparition des caries.

Quelles sont les stratégies de prévention et les traitements possibles ?

Le premier réflexe après un vomissement est de se brosser les dents, or il ne faut pas le faire. À l’effet corrosif de l’acide, s’ajoute un facteur mécanique d’abrasion. C’est pourquoi il est important de faire savoir qu’il vaut mieux se rincer la bouche avec de l’eau. Il faut prévenir les personnes concernées que les boissons acides ont un impact négatif sur les dents et qu’il vaut mieux boire de l’eau.

D’autres stratégies de prévention plus élaborées sont possibles comme, par exemple, la pose d’une sorte de gouttière en plastique transparente qui protège les dents au moment des vomissements. Il est aussi possible de prévoir la mise en place d’un revêtement protecteur de résine qui résiste aux acides que l’on pourra retirer quand la jeune patiente sera sortie d’affaire.

«Pour ce qui est des traitements, il faut réparer les pertes de substances et, dans certains cas, prévoir la réhabilitation complète des deux arcades dentaires, note le professeur Colon. Mais il faut aussi que le dentiste soit suffisamment bien informé des lésions dentaires spécifiques de l’anorexie, pour qu’il en fasse le diagnostic et transmette le cas échéant sa jeune patiente dans un service spécialisé dans la prise en charge des troubles du comportement alimentaire.»

Ces personnes, qui doivent impérativement bénéficier d’un accompagnement par des psychologues et des nutritionnistes, ont également tout intérêt à être suivies de façon régulière par leur dentiste.

Mieux sensibiliser le monde médical et associatif ainsi que les patients et leurs proches

Encore largement ignorés jusqu’à aujourd’hui, les graves problèmes dentaires affectant les anorexiques commencent à être mieux pris en compte. La sensibilisation de tous les acteurs (dentistes, médecins, patients, associations, familles etc.) est primordiale pour améliorer la santé dentaire des anorexiques.

Partagez

Laissez un commentaire